This movie requires Flash Player 9
actualités > Salle de presse > revue de presse

Rapport d’activité 2015

TEST GRAPHDes sorties positives plus élevées, plus pérennes

Avec trois points de plus que pour l’année 2014, les E2C ont atteint leur plus haut niveau de sorties positives depuis 2009. 59% des stagiaires sortis ont trouvé une issue positive à leurs parcours.

Ayant atteint les 59%, le taux de sorties positives des Écoles de la 2e Chance s’élève à son plus haut niveau depuis 2009. Cette hausse représente 3 points supplémentaires par rapport à l’année 2014. L’année 2015 marque également une augmentation des sorties les plus pérennes. Parmi les 4 092 sorties positives, ce sont  2 932 stagiaires (71%), qui ont bénéficié d’une sortie les engageant pour une durée supérieure à six mois.  En 2015, 2 259 stagiaires issus des E2C ont bénéficié de contrats de formation ou d’alternance. Ce type de sortie permet de bénéficier d’un premier niveau de qualification ou de diplôme, et donc de renforcer la position de ces stagiaires sur le marché de l’emploi. L’augmentation de 3 points par rapport à l’année précédente aura permis de confirmer le rôle des E2C sur leur territoire, en aidant les jeunes les plus éloignés de l’emploi à trouver une solution durable d’insertion.

Dans la dynamique des 15 000 jeunes accueillis

 Le Réseau E2C France est présent dans 11 Régions, 51 départements en métropole et 5 ultramarins.

En 2015, les E2C ont accueilli 14 575 stagiaires, soit 190 stagiaires supplémentaires que pour l’année 2014. Les projets en cours permettront de franchir le cap des 15 000 jeunes accueillis courant 2016 (dans la dynamique impulsée par le Comité Interministériel “Egalité et Citoyenneté” de mars 2015). Cette croissance maîtrisée et soutenue permet de renforcer la qualité du dispositif sur l’ensemble du territoire national.

78 % des jeunes effectuent un parcours complet

Malgré les difficultés rencontrées par le public (précarité, situations d’échec…), les E2C réussissent à stabiliser une très large majorité des stagiaires dans le dispositif. En 2015, 78% d’entre eux ont pu bénéficier d’un parcours complet à l’E2C, d’une durée moyenne de 6 mois. 6% des parcours interrompus sont liés à des facteurs exogènes, sur lesquels l’École ne peut avoir de prise. Parmi ces sorties non-maîtrisables, la moitié d’entre eux ont quitté le dispositif pour des raisons de santé.

Un public cible bien identifié

 Au vu du système d’entrées et de sorties permanentes des E2C, la comptabilisation des jeunes issus des Quartiers Prioritaires prend en compte, selon la date d’entrée, l’ancienne ou la nouvelle géographie définie, applicable depuis janvier 2015. Les résultats ne sont donc pas significatifs sur ce thème en 2015.

Le public cible des E2C montre depuis plusieurs années les mêmes caractéristiques. Le niveau des diplômes reste faible, puisque 87% des stagiaires ne disposent pas d’un diplôme équivalent à un CAP ou un BEP. D’un âge moyen de 20,5 ans, les stagiaires restent relativement jeunes, puisque seuls 11% d’entre eux (1 655) sont âgés de plus de 24 ans. La parité est toujours respectée, avec même une légère majoritéfemmes (52%). Les jeunes femmes intégrant le dispositif sont globalement plus diplômées que les hommes (15% contre 12% disposent d’un Niveau IV non validé) et légèrement plus âgées (13% contre 10% âgées de 24 à 25 ans).

Des stagiaires plus jeunes et plus éloignés de l’emploi

Si la moyenne d’âge reste stable, une augmentation de 2 points du nombre de stagiaires de moins de 20 ans est constatée. L’année 2014 faisait état de 44% des stagiaires âgés de moins de 20 ans. En 2015, ce taux s’élève à 46%. Les jeunes décrocheurs, âgés de moins de 18 ans, sont également plus représentés au sein des E2C, puisque 105 jeunes de plus (989 contre 884) ont intégré l’École dans cette tranche d’âge. Cette hausse représente un point de plus dans le total du public accueilli. En parallèle, la part de stagiaires ne bénéficiant d’aucune expérience professionnelle (n’ayant jamais connu de période d’activité en entreprise) présente une augmentation significative, puisqu’elle passe de 60% en 2014 à 66% pour 2015. Ce chiffre amène à considérer l’éloignement de plus en plus significatif des jeunes non diplômés du monde du travail. Le nombre de jeunes demandeurs d’emplois montre une baisse de 2% par rapport à l’année 2014. La qualification de demandeur d’emploi de plus d’un an est conditionnée par une inscription en Pôle Emploi. Ce taux montre donc que les jeunes qui se présentent à l’E2C restent en marge des circuits d’insertion professionnelle. Cette précarisation du public montre la nécessité de l‘action de dispositifs d’insertion, qui se situent en dehors des schémas traditionnels, pour capter et aider les jeunes les plus éloignés de l’emploi à trouver une situation stable et pérenne.

Téléchargez le document synthèse 2015 : Données 2015


| Plan du site | Mentions légales |